Le Lémur Trophy de Madagascar

Le Lémur trophy est une course de voiture tout terrain (buggy, 4×4…) dans des circuits de qualité et originaux, à la conquête des sites touristiques magnifique de la Grande Ile. L’idée principale étant de découvrir Madagascar autrement.

Quand on parle de Madagascar, sur le plan international, les choses ont bien changés. Il y a de cela quelques années, l’Ile rouge portait différents surnoms symbole de sa beauté et de son authenticité. Ile au trésor, pays des lémuriens, pays des baobabs : c’était la destination où il fallait être pour vivre un maximum d’aventure.

Cependant, depuis quelques années, le touriste est en chute libre dans le pays. Le nombre de visiteurs plafonne à 250 000, et encore ! La situation s’aggrave d’année en année au grand désespoir des opérateurs de la grande île.

Malgré des richesses uniques, une biodiversité impressionnante et un cadre exceptionnel, Madagascar a du mal à faire vendre son image. De quoi pousser les autorités en place à trouver des solutions inédites et attractives tel que le Lémur Trophy.

Une compétition qui semblerait être la solution

jeep-2915955_1920

Si les concepts classiques du tourisme fonctionnent un peu moins bien pour Madagascar, autant trouver une autre manière afin d’intéresser aussi bien la communauté internationale que les plus fêtards. Et il n’y a rien de tel pour ce faire qu’une compétition.

Après tout, c’est déjà une technique très usitée dans certains pays du monde.

  • Des organisateurs et des partenaires de renom

À la base de cet évènement, des organisateurs évènementiels de plus de 40 ans d’expérience, qui sont soutenus par le Ministère du Tourisme. La première édition du Lémur Trophy 2016  laissait rêver même les autochtones. On promettait du show, une compétition rude et l’intervention de plusieurs partenaires. Il n’y a pas à dire, dès l’annonce de cet évènement, on s’attendait à une explosion du tourisme à Madagascar.

  • Un concept innovant

Le concept a de quoi séduire. Le Lémur Trophy est bien plus qu’une simple compétition de course de voiture. Le circuit commençait à Antananarivo, pour finir à Morondava en passant par Tuléar. Au passage, la beauté de la grande île aurait époustouflé les participants et les visiteurs venus acclamer les coureurs.

Et si pour les touristes, ce devait être une aventure hors du commun, pour les autorités en place, les enjeux étaient différents.  « L’objectif de ce Raid Touristique est de faire un événement médiatique majeur. Impliquant un ensemble de médias de Madagascar, de l’Océan Indien, d’Europe et tout autre pays » : annonçait les organisateurs.

  • Des objectifs louables

Outre de permettre un maximum de dépaysement, le Lémur Trophy était censé apporté une visibilité optimale au tourisme à Madagascar. Une organisation parfaite prouverait que l’aventure dans ce pays n’a rien à envier à celle que l’on peut vivre dans les autres pays du monde. Sans compter que la course devrait relancer un tant soit peu l’économie de la grande île. Qu’en était-il réellement ?

Un échec cuisant de la première édition

La première édition du Lémur Trophy de Madagascar fut un échec. Aussi bien les locaux, que les opérateurs touristiques, et surement le ministère du Tourisme, dirigé à l’époque par Roland Ratsiraka furent déçu. Manque de préparation ? Contexte difficile ? Mauvaises gestions ? L’heure du bilan a sonné.

  • Les participants désertent

On attendait des coureurs de renommé international. Sur le site web de l’évènement, seuls 15 participants étaient enregistrés. Et encore ! On est en droit de remettre en cause 13 d’entre eux, car seuls 2 ont été présenté officiellement et disposait de sponsor officiel. Officiel ? Peut-être pas qui plus est ! En effet, les 2 coureurs utilisaient les mêmes sponsors que la compétition dans son ensemble. On s’y perd.

  • Les partenaires médias ne sont pas à la hauteur

On nous avait aussi promis une visibilité à l’international. Mais mis à part la page de NewsMada et quelques minutes sur RFI ainsi que TéléKréol, ce fut des promesses en vain. Même le site web de l’évènement ainsi que sa page sur les réseaux sociaux ne sont pas mis à jour en temps réel.

On est droit de se demander la véracité des années d’expérience de l’organisateur. Selon les sondages, même la majorité des Malagasy n’avaient pas eu vent de cette compétition qui a commencé le 3 novembre 2016.

  • Il faut dire que le contexte n’est pas propice au lancement de ce genre d’évènement

Cependant, les organisateurs semblent avoir trouvé l’excuse idéale. En 2016, le contexte politique n’était pas propice au lancement de ce genre d’évènement. Le niveau d’insécurité avait atteint son apogée. Les touristes désertaient les avions en partance pour la grande île par peur des mésaventures que l’on pouvait y vivre. Une question se pose alors : n’aurait-ce pas été plus sage de l’envisager ainsi avant l’annonce du Lémur Trophy en février 2016 ?

Une seconde édition qui peut marcher

quad-2381212_1920

Mais les organisateurs ne se découragent pas. L’expérience de l’année dernière servira de leçon pour une meilleure préparation de la seconde édition. D’ailleurs, pour le Lémur Trophy 2017,  on ne fait plus miroité des sponsors de renom et des participants exceptionnels ainsi qu’une couverture médias international. Exit les belles promesses pour cette édition. Place à une meilleure préparation.

  • Le lémur Trophy 2017

Pour cette année, les organisateurs ont choisi un circuit atypique, mettant à l’honneur le Grand Sud de Madagascar. Le 3 novembre dernier, les coureurs partaient de Tuléar en partance pour Fort-Dauphin. On comptait 6 étapes dans leur parcours. De quoi permettre aux participants de profiter à bon escient de la beauté du Grand Sud.

  • Un objectif différent

Outre l’approche touristique du Lémur Trophy, la seconde édition semble vouloir se pencher sur un côté plus humanitaire. En effet, cette année, l’île Rouge est en proie à un fléau particulièrement inquiétant : la peste.

Durant cette seconde édition, les organisateurs demandent de l’aide internationale afin de prévenir la prolifération de cette maladie sur le littoral Sud. Il est à noter que selon les informations, des cas n’ont pas encore été enregistrés dans cette partie de l’île.

Le lémur Trophy 2017 vise alors à faire des campagnes de sensibilisation contre la peste et à la distribution de kit en tout genre : DTT, masque de protection, gel antibactérien, etc. La compétition veut également détecter le plus tôt possible de cas de peste en prenant la température des autochtones ainsi que des participants avant chaque départ le matin. Si des cas sont avérés, une prise en charge immédiate pourra être mise en place.

  • Une approche repensée pour intéresser également les jeunes

Quelques détails ont aussi été repensés dans cette seconde édition. Si la compétition de 2016 ne s’ouvrait qu’aux voitures tout terrain, ce n’est pas le cas de celle de cette année. Quad, Buggys, et autres véhicules peuvent être utilisés. De quoi attirer les jeunes afin de faire augmenter la liste des participants.

Le parcours sera d’autant plus exceptionnel dans la mesure où le grand Sud de Madagascar réserve des paysages d’une beauté rare et une grande partie des sites touristiques de la grande île. Le bilan semble s’être amélioré par rapport à l’échec cuisant de 2016. En terme de visibilité spécifiquement, plus de personnes ont été touchées par la publicité de la compétition.

Vous pouvez aussi consulter nos articles sur les sports préférés des malgaches et la découverte du parc national d’Andohahela.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s